Qui sommes-nous ?

Le Club des 52 % s’adresse à toutes celles qui pensent que la question des droits des femmes ne concerne pas seulement les militantes hyper engagées à gauche, mais qu’elle engage TOUTES les femmes. Comme l’écologie, le féminisme n’est pas le monopole de la gauche, c’est l’affaire de toutes.

Pour cela nous souhaitons nous réapproprier le mot féminisme, qui aujourd’hui est encore trop lourd, trop chargé de symboles datant des années 70’. Pour mieux le défendre, il faut le rafraichir.

Nous veillons à la défense des droits des femmes ainsi qu’à l’amélioration de leur place dans la société, grâce notamment à la parité qui porte le principe du partage des décisions et du pouvoir.

Le Club des 52% souhaite attirer l’attention des femmes sur la fragilité de leurs droits, notamment les plus jeunes, qui pensent que la première génération de féministes a fait le boulot et qu’aujourd’hui seule une poignée d’excitées s’en préoccupe encore.

Nous alertons celles qui pensent que :

  • toutes les femmes, du moins en France, disposent librement de leur corps Faux
  • les femmes font les mêmes études que les hommes Faux
  • qu’elles auront la même carrière qu’eux Faux
  • que leur place dans la société et les lieux de pouvoir est paritaire Faux

Et leur rappelons que :

  • en 1972 à Kaboul les filles allaient à la fac en minijupe
  • avant 1984 les femmes n’avaient pas le droit de courir
  • en 2014 malgré la parité seules 16% de femmes ont été élues maire

En prévision des échéances électorales à venir nous souhaitons être force de proposition et proposer aux candidats une série de mesures pour davantage d’égalité sociale, économique et politique. Pour cela nous lançons le grand débat des femmes.

Rejoignez-nous, il est grand temps que les femmes s’unissent et portent un féminisme bienveillant !

 

Ann-Katrin Jégo, présidente fondatrice                                                              Anne-Sophie Coppin, vice-présidente

Ludivine Svaldi, secrétaire                                                                                          Diane Mérand, trésorière